Robe noire, talons hauts et paillettes autour des yeux, la petite Lily a brillé au Sporting ! Robes de cocktails, smoking ajustés, la chanteuse a du s’y faire. Le public était un peu trop chic à son goût. Mais la foule lui a vite montré qu’elle savait s’amuser ! Au départ frileuse, elle a finalement succombé au charme de mademoiselle Allen !

LilyAllen2Nuage de fumée, lumière tamisée, la british fait son entrée… Les débuts sont discrets et la chanteuse le dit elle-même : « Je n’ai pas l’habitude de chanter devant des gens assis ». Elle s’allume une clope et enchaine les verres. La jolie brune envahit la scène, se tortille. Très vite, la scène est recouverte de roses jaunes. A la base décorative, elles sont jetées à la chanteuse. Lily en évite de justesse, ce qui ne semble pas la déstabiliser. Au contraire, ça l’amuse ! La salle ressemble à un défilée de mode : chaussures griffées, jupes à paillettes, bijoux étincelants, même la star n’en revient pas : « Une femme au premier rang a une robe remplie de diamants, elle en a plus que moi ! » Lilly, elle, est venue en toute simplicité : elle ne quitte pas son sourire et entre deux chansons lance un « Mon français est très mal » et « merci beaucoup ». Elle passe à une ambiance plus acoustique pour sa chanson qui parle de son « daddy ». Et ensuite : on change de rythme ! Au départ très réservé, le public se déride dès les premières notes de Smile. Le tube vitaminé qui a lancé la jeune femme. Les mains se lèvent, les corps s’agitent, il fait enfin grimper la température. Petits et grands abandonnent leur chaise et se postent au plus près de la chanteuse. Un homme agite son cigare, une femme se trémousse du haut de ses Louboutin et fait tinter ses boucles dorées ! Sur le titre The Fear, Lily Allen pointe du doigt le premier rang, tout en chantant « fucking loads of diamonds ». L’impertinente Lily en est à son 4e verre. Elle rigole comme une petite fille. Renvoie les roses qu’on lui envoie. Ses joues se creusent quand elle sourit en réponse aux « Lily, we love you !» Elle s’essuie le visage et prévient les parents qu’il va falloir boucher les oreilles des enfants. Elle s’excuse par avance, les cris fusent. Tout le monde a compris, le titre qui va suivre est : « Fuck You ». Le majeure en l’air, elle balance des insultes, mais de sa bouche de petite fille, ces mots en deviennent charmants ! Les bambins sont ravis, ils lancent des « fuck you », sans crainte. La musique qui suit, elle l’emprunte à Britney. Et oui, c’est bien Womanizer que Lily balance. Pieds nus, une clope à la main, elle s’éclate. Mais c’est bientôt terminé : « last song » pour la brunette qui remonte sur ses talons. Dernières notes, dernière danse. Un merci et au revoir. La salle était bien remplie pour accueillir la petite anglaise. Déroutée par le cadre, elle a réussi à faire bouger les popotins et transpirer les hommes sous leurs trois pièces ! Well done Lily !